Clicca

Pratiquer la lectio divina aujourd’hui (Enzo Bianchi)

stampa la pagina
Enzo Bianchi, cathédrale de Lausanne, 5 mai 2013
En ce dimanche après-midi un public nombreux s’est rassemblé pour écouter frère Enzo Bianchi, prieur de la Communauté œcuménique de Bose dans le nord de l’Italie et un grand promoteur de la lectio divina. Venu à l’invitation de la Communauté des Eglises chrétiennes dans le Canton de Vaud, il a partagé sa riche expérience sur la pratique de la lectio divina. Les participants ont pu passer de la théorie à la mise en pratique lors de la célébration de la Parole dans la cathédrale de Lausanne sur le texte du Bon Samaritain.
Méthode très ancienne mais toujours actuelle, la lectio divina est un itinéraire, un chemin, une méthode à pratiquer avec assiduité pour le ressourcement personnel. Le but est de se mettre à l’écoute en profondeur de la Parole de Dieu. Les quatre étapes, qui la composent,  ont été forgées au cours des siècles par des générations des moines et de croyants : 1. Lectio – lire ; 2. Meditatio – méditer ; 3. Oratio – prier ; 4. Contemplatio – contempler. Il faut seulement trouver le lieu et le temps propices. Puis, très important, commencer par se mettre en présence de Dieu en invoquant l’Esprit Saint.
La lectio divina suit les grandes étapes de la liturgie de la Parole. Elle trouve ses origines dans la tradition biblique. Dans le livre de Néhémie se trouve la naissance de la liturgie de la Parole, rappelle le conférencier. Elle s’est ensuite développée dans la liturgie synagogale. Le récit de l’Evangile selon saint Luc qui présente Jésus proclamant la Parole dans la synagogue de Nazareth en est un bel exemple. La grande tradition ecclésiale, en particulier, monastique a développée et précisée cette méthode au cours des siècles.
Aujourd’hui la lectio divina est accessible à tous. Prendre dix minutes, le matin ou le soir. Commencer par une invocation à l’Esprit Saint. Lire un psaume ou un texte de l’Evangile lentement. Faire un temps de silence pour « labourer » le texte en profondeur. Dire à Dieu notre prière en toute simplicité. Garder la Parole dans notre coeur. « Jour après jour, la lectio divina façonne notre regard pour nous donner le regard de Dieu » conclut Enzo Bianchi. « Il faut pour cela une certaine patience et beaucoup de fidélité dans le quotidien ».
Une célébration de la Parole pour mettre en pratique la lectio divina
La célébration mensuelle de la Parole dans la cathédrale de Lausanne a permis aux nombreuses personnes qui se sont déplacées pour l’occasion de faire l’expérience de cette méthode de la lectio divina. La célébration a été animée par plusieurs groupes de lectio divina en Suisse romande : l’Ecole de la Parole, le Centre de Crêt Bérard, la Communauté de la Pelouse, la Communauté de Saint Loup, la Ligue pour la Lecture de la Bible et l’Association des champs de la Cure avec le concours du Chœur liturgique romand. La célébration a conduit des participants à travers les étapes de la lectio divina.Les participants ont été impressionnés par la profondeur du commentaire apporté par frère Enzo Bianchi sur la parabole du Bon Samaritain: « C’est au travers des actions quotidiennes et humaines qu’on rencontre Dieu. C’est la nouveauté du christianisme : on est sauvés dans la vie d’ici bas, quand on se fait proche de celui qui est dans le besoin. La compassion, c’est se rappeler le dévouement de Dieu envers son peuple. C’est l’unique réponse adéquate des hommes à la souffrance des hommes. C’est le NON radical face à l’indifférence. »
stampa la pagina



Gli ultimi 20 articoli